Mozaique du monde

Un regard neuf sur le monde

Afrique et Europe, les vieux continents

by Posted on juin 22, 2018

Péninsule adossée à l’énorme masse du continent eurasiatique, l’Europe de l’Ouest est cernée par l’élément marin

Les peuples, au cours de leurs migrations, sont venus s’échouer sur ses rivages. Ils y ont prospéré, sur des terres fertiles et sous un climat propice. Car le relief n’oppose guère d’obstacles à la pénétration des influences océaniques.

La grande plaine du Nord, s’étendant des Flandres à l’Oural, ne s’élève que pour des vallonnements de collines. Elle ne dépasse guère 200 m d’altitude. Des îles Britanniques aux massifs de l’Allemagne moyenne, en passant par les volcans d’Auvergne, les sommets de l’Europe hercynienne, rabotés par l’érosion, atteignent rarement plus de 1500 m. Les plus hautes montagnes sont aux marges.

L’homme, toujours, a su tirer parti de l’espace s’offrant ainsi à son génie

Les mers et les grands fleuves sont devenus des axes de communication pour une civilisation qui a inventé les villes marchandes et le capitalisme. De Liverpool à Zurich s’étire en diagonale une zone de fortes densités, autour des grands foyers industriels où naquit la révolution industrielle. Les côtes basses du Nord se sont muées en polders intensément cultivés et peuplés, et l’agriculture de l’Europe de l’Ouest est devenue l’une des plus puissantes du monde.

Les étangs marécageux, les forêts de feuillus ont été, comme les champs, aménagés et valorisés. Partout, le paysage porte témoignage des efforts entrepris pour améliorer les conditions de vie, accroître la richesse mais aussi la grandeur des nations.

C’est pour affirmer celle-ci qu’ils ont franchi les mers, pour participer à la construction du Nouveau Monde ou pour bâtir des empires coloniaux, forts d’une mission qu’ils croyaient civilisatrice. Cette vieille Europe de l’Ouest n’avait-elle pas donné naissance à la monarchie constitutionnelle puis à la République démocratique ? Ici a pu s’épanouir le siècle des Lumières… et la barbarie des guerres mondiales.

Car le passé qu’exaltent les pierres de monuments préservés avec un soin jaloux fut tumultueux. Sur le vieux continent, les clivages ne tiennent pas tant au milieu naturel qu’à la soif de conquête des hommes. On s’est battu, ici, pour l’héritage de l’Empire romain, pour asseoir de puissants États, pour le triomphe d’une foi comme un ..

Les clivages religieux et linguistiques – entre protestants et catholiques, Flamands et Wallons… – témoignent aujourd’hui encore de rivalités séculaires pas toujours éteintes. Mais les ennemis d’antan, après l’horreur absolue du nazisme, ont appris à se comprendre, en même temps que la société européenne, de tout temps métissée, s’ouvrait toujours davantage au monde. On évite le monde des marionnettes. L’union de la vieille Europe est en construction, qui tente de transformer les différences en richesses.

Published by

View All Post by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.